Manifeste du SNP : analyses des politiques clés

Le Parti national écossais (SNP) a lancé son programme électoral de 2024, dans lequel son leader John Swinney a déclaré qu’un vote pour son parti « intensifierait » la pression pour garantir l’indépendance de l’Écosse.

Le document expose les plans du parti s’il devait former un gouvernement.

Voici les points les plus marquants, analysés par les correspondants de la BBC.

Déclencher les pourparlers sur l’indépendance de l’Écosse

Le SNP affirme que l’indépendance est son objectif, dans les cinq phrases de son programme. Cela contraste fortement avec son principal rival écossais, le Parti travailliste. En 2014, les Écossais ont voté avec une marge de 55 % contre 45 % pour rester au Royaume-Uni – mais récemment, le SNP a fait pression pour un autre référendum.

À sa grande frustration, le gouvernement conservateur britannique a refusé de l’autoriser. Et il semble que les travaillistes adopteraient la même approche, puisque leur manifeste écossais indique clairement qu’ils ne soutiennent ni l’indépendance ni un autre référendum.

Donc, si Sir Keir Starmer remporte cette élection, cette porte semble rester fermée.

Mais le SNP a d’autres idées. John Swinney a déclaré que si le SNP remportait la majorité des 57 sièges écossais à gagner, il déclencherait des pourparlers sur l’indépendance.

Lors des dernières élections législatives, le SNP a remporté 48 sièges, avec 45 % des voix. Cet objectif de siège semble donc à portée de main. Mais cela compterait-il comme un mandat d’indépendance ou un autre référendum ? Il est probable que cela préparerait le terrain pour ce à quoi nous sommes habitués : une impasse entre Holyrood et Westminster.

Augmenter le financement du NHS

M. Swinney reproche à Westminster de ne pas financer adéquatement le NHS et appelle le prochain gouvernement britannique à augmenter ses dépenses de 10 milliards de livres sterling par an, dont 1,6 milliard de livres sterling seront destinés à l’Écosse.

Les politiciens savent à quel point les électeurs se soucient du NHS et c’est pourquoi ils le placent au premier plan de leurs programmes. Mais il est assez difficile de comprendre comment ces engagements deviendront réalité, car la santé est une compétence du Parlement écossais et il s’agit d’élections à Westminster.

Comme toutes les régions du Royaume-Uni, l’Écosse connaît des attentes record pour les traitements du NHS, des retards pour sortir les patients de l’hôpital et une pression énorme sur les services sociaux.

Mais depuis 17 ans, c’est le gouvernement SNP de Holyrood qui prend les décisions concernant les priorités en matière de soins de santé, et les partis d’opposition accusent le gouvernement écossais d’années de mauvaise gestion.

Si vous pouvez vous éloigner de la politique et demander aux experts, ils diront quel que soit le responsable, que ce soit à Westminster ou à Holyrood, le NHS a besoin d’une réforme fondamentale.

Le manifeste propose également un projet de loi visant à « garder le NHS entre les mains du public », afin d’empêcher « une nouvelle privatisation ».

La politique de santé est déléguée au Parlement écossais.

S’opposer aux réductions des dépenses

John Swinney a orienté sa campagne pour devenir « le choix de gauche », ciblant ceux qui autrement pourraient voter travailliste ou vert.

Son manifeste s’engage à « s’opposer fermement au consensus de Westminster sur la poursuite des coupes budgétaires » et à exiger plutôt des investissements dans les services publics.

Une grande partie du discours de campagne du nouveau leader du SNP était déjà axé sur les réductions implicites des dépenses publiques résultant des choix faits par les travaillistes et les conservateurs de limiter les emprunts et de limiter les augmentations d’impôts.

Bien que ces chiffres aient changé et soient moins clairement définis, le SNP peut toujours se référer à l’analyse des plans budgétaires des programmes conservateurs et travaillistes par l’IFS et l’Institute for Government, qui indiquent qu’aucun des deux n’est honnête avec les électeurs sur les choix difficiles en matière de dépenses publiques.

Cependant, l’IFS et d’autres se sont également penchés sur les projets d’indépendance du SNP. Elles impliquent des décisions très difficiles pour un gouvernement écossais indépendant en matière de fiscalité, de dépenses et d’emprunts.

Supprimer la limite de deux enfants pour les prestations

La limite de deux enfants, qui affecte le crédit universel et le crédit d’impôt pour enfants, est devenue un totem de cette campagne.

Les rivaux des conservateurs et des travaillistes ont choisi de mettre en avant la limite de deux enfants, le SNP, les libéraux-démocrates et les verts arguant qu’elle devrait être supprimée. Les travaillistes ont déclaré qu’ils souhaiteraient le supprimer, mais seulement lorsque les conditions budgétaires le permettront.

La politique implique un paiement de crédit universel ou un crédit d’impôt pour enfants de, généralement, 3 455 £ pour chaque premier et deuxième enfant, mais rien pour les autres enfants nés après le 5 avril 2017. Les allocations familiales continuent de couvrir tous les enfants, mais sont récupérées sur les montants plus élevés. les salariés.

L’Institute for Fiscal Studies estime que la limite de deux enfants affecte actuellement 550 000 foyers britanniques comptant près de deux millions d’enfants, et que ce chiffre passera à 690 000 foyers et 2,6 millions d’enfants d’ici la fin de la nouvelle législature.

La moitié sont des foyers monoparentaux et plus de la moitié ont un adulte qui travaille. L’impact se fait sentir sur les ménages les plus pauvres, indique-t-il.

Le coût de la suppression de la limite de deux enfants, ou les économies réalisées par le Trésor grâce à son introduction, s’élève cette année à 2,1 milliards de livres sterling, et s’élève à 3,4 milliards de livres sterling après cinq ans.

Cessez-le-feu à Gaza et abandon du Trident

La politique étrangère du SNP se divise en deux parties : ses intentions sur ce que le Royaume-Uni devrait faire maintenant et ce que devrait faire l’Écosse si elle devenait un État distinct.

Les députés du SNP demanderaient au gouvernement de Westminster de faire pression pour un cessez-le-feu immédiat à Gaza et la libération des otages détenus par le Hamas.

Cela exhorterait également le gouvernement à mettre immédiatement fin aux ventes d’armes du Royaume-Uni à Israël et à reconnaître la Palestine comme un État indépendant.

Le manifeste appelle le gouvernement à supprimer Trident, la force de dissuasion nucléaire britannique basée en Écosse.

Le parti souhaite également maintenir son soutien militaire à l’Ukraine et consacrer 0,7 % du revenu national à l’aide étrangère.

Rejoindre l’UE

Le parti veut réintégrer l’Union européenne et le marché unique, et « réparer les dégâts du Brexit ». Mais cela ne semble être une option que si l’Écosse devient indépendante. Et les questions sont nombreuses, même si cela devait arriver.

Une Écosse indépendante pourrait prétendre être conforme à la plupart des règles douanières et du marché unique européen, ce qui rendrait l’adhésion plus facile que celle des autres pays candidats.

Mais il ne dispose pas actuellement de sa propre banque centrale ni de sa propre monnaie, comme l’exige l’adhésion à l’UE.

Et selon les estimations actuelles, il ne respecterait pas non plus la limite habituelle de déficit budgétaire que les membres de l’UE sont censés respecter.

L’autre problème économique majeur lié à cette politique concerne ce qui se passe à la frontière avec l’Angleterre. Le Brexit a montré à quel point il peut être difficile de se trouver à l’intérieur du périmètre de l’UE.

Si la rivière Tweed et les collines de Cheviot marquaient cette frontière, l’Écosse serait confrontée à davantage de frictions dans ses échanges commerciaux avec l’Angleterre et le Pays de Galles, qui constituent actuellement de loin son plus grand marché « d’exportation ».

Transition vers une économie verte

Le SNP reste fermement hésitant lorsqu’il s’agit de délivrer de nouvelles licences pétrolières et gazières pour la mer du Nord.

Après avoir précédemment proposé une présomption contre toute nouvelle exploration, il a reculé en affirmant que les demandes devraient être traitées au cas par cas et soumises à un test de compatibilité climatique.

Il convient de souligner qu’un tel test s’applique déjà et ne couvre que les émissions de gaz à effet de serre provenant du processus de production, et non celles liées à la combustion du pétrole et du gaz qui sont ensuite vendus – en fin de compte, après raffinage – aux consommateurs.

Le parti se concentre davantage sur la transition vers une économie verte et exige une relance de l’engagement abandonné du parti travailliste d’investir 28 milliards de livres sterling par an dans le développement d’un tel secteur.

Plus immédiatement, le SNP appelle le gouvernement britannique à verser une somme équivalente à son « fonds de transition juste » de 500 millions de livres sterling pour les régions pétrolières et gazières de l’Écosse.

Et il affirme que même s’il soutient une taxe sur les bénéfices exceptionnels, il ne devrait pas s’agir d’un “raid” dans le nord-est de l’Écosse – où est basé le secteur pétrolier et gazier – mais devrait être une taxe plus large et “équilibrée entre les entreprises”.

Attirer davantage de migrants étrangers

Les politiques du SNP en matière d’immigration rappellent à quel point la question est différente en Écosse par rapport à l’Angleterre.

Plutôt que de promettre de réduire ce nombre (comme l’ont fait les partis travaillistes et conservateurs), le SNP souhaite que l’Écosse ait le pouvoir d’attirer davantage de migrants étrangers.

Actuellement, les politiques d’immigration et de visa sont contrôlées par le gouvernement britannique.

Le manifeste indique que si les contrôles aux frontières étaient transférés à Holyrood, le SNP rétablirait la libre circulation depuis l’UE et délivrerait des visas avec des barrières beaucoup plus faibles.

La raison invoquée est que la population écossaise en âge de travailler devrait diminuer et que le rapport de dépendance entre travailleurs et retraités devrait atteindre des niveaux plus élevés qu’en Angleterre.

Au sud de la frontière, on estime que dans 10 ans, il y aura 317 retraités pour 1 000 travailleurs. En Écosse, ce chiffre devrait être de 333.

Lutter contre les décès dus à la drogue

L’Écosse a le taux de décès dû à la drogue le plus élevé de tous les pays européens.

Le manifeste du SNP promet de s’attaquer à la « crise des décès dus à la drogue » en décriminalisant les drogues à usage personnel. C’est quelque chose que le parti a annoncé il y a 12 mois.

Couplé aux salles de traitement de la toxicomanie, cela signifierait que l’Écosse aurait une approche très différente du reste du Royaume-Uni.

Ou cela aurait été le cas – affirme-t-il – si la politique en matière de drogue avait pu être décentralisée.

Le SNP souhaite que l’Écosse soit responsable de la drogue et pas seulement de la santé, afin de renverser la crise des décès dus à la drogue.

Mais les travaillistes et les conservateurs ont clairement indiqué qu’ils n’étaient pas d’accord avec ce point, ni avec la politique visant à aller vers la décriminalisation.

Ils soutiennent que le SNP aurait pu et dû faire davantage lorsqu’il était au pouvoir pour lutter contre le nombre élevé de décès dus à la drogue.

Déléguer les pouvoirs de radiodiffusion

La diffusion est actuellement réservée à Westminster, et le SNP affirme que cela restreint sa capacité à refléter « les besoins et les priorités du public écossais ».

Le manifeste appelle à une part plus équitable des dépenses consacrées à la production en Écosse.

Le sport est évidemment dans l’esprit de la nation alors que l’Écosse participe à l’Euro, et le SNP poursuit son appel de longue date pour que les événements sportifs majeurs soient retransmis sur les chaînes gratuites.

Tout comme la radiodiffusion, cela n’est pas dans ses capacités et il doit persuader la SFA et l’UEFA de renoncer à des contrats lucratifs.

L’engagement inclut la mise en garde selon laquelle tout arrangement devra garantir “aucun préjudice financier au jeu tout en garantissant la parité d’accès pour tous”.

Il souhaite également que BBC Alba – la chaîne de télévision en gaélique écossaise – reçoive le même niveau de financement pour la télévision en gaélique que S4C pour les émissions en langue galloise.

Contrairement à certains autres manifestes, il n’y a pas de section spécifique consacrée à la culture, aux médias et au sport. Est-ce parce que le SNP estime que sa gestion des questions culturelles sur son propre terrain ne nécessite aucun ajustement ?

Ceux qui continuent de faire campagne pour un soutien public accru et craignent de nouvelles réductions de coûts dans le secteur pourraient ne pas être d’accord.

By Archie Mitchell

Archie Mitchell, with a prestigious master's degree from France and two decades of experience, is an authority in his field, renowned for making complex subjects engaging through his blog. At 49, he seamlessly merges academic knowledge with practical insights, aimed at educating and empowering his audience. Beyond his professional life, Archie's hobbies and personal interests add depth to his writing, making it a valuable resource for both professionals and enthusiasts looking to expand their understanding.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *